Environnement : Toyota mise sur l’hydrogène

L’hydrogène peut être utilisé comme source d’énergie dans une pile à combustible, mais vous pouvez également le brûler tout simplement. L’avantage : le son et les sensations d’un moteur à combustion interne, sans émissions de CO2.
L’hydrogène est considéré par de nombreuses personnes et par de plus en plus de constructeurs comme une alternative valable aux batteries en tant que vecteur énergétique, en particulier pour le transport de marchandises et de longue distance. Mais lorsque nous parlons d’hydrogène dans le secteur des transports, nous évoquons généralement une pile à combustible alimentant un moteur électrique. Cependant, vous pouvez aussi simplement brûler de l’hydrogène dans un moteur à combustion interne, qui est particulièrement moins efficace qu’une pile à combustible car l’énergie est perdue en chaleur, en friction des pièces mobiles et en bruit.
Mais parfois, le bruit et les vibrations d’un moteur sont exactement ce qu’il faut, par exemple en compétition. Une partie de l’expérience d’une voiture de course, tant pour le conducteur que pour le public, tient au rugissement d’un moteur puissant, ce qui serait perdu si toutes les voitures de course passaient aux moteurs électriques. C’est pourquoi Toyota développe actuellement des moteurs de course à l’hydrogène, qui font toujours le bruit nécessaire, mais n’émettent pas de CO2.
Toyota a déjà développé un moteur que le constructeur veut tester dans la course Super Taikyu à Fuji le mois prochain. Il s’agit d’un trois cylindres turbocompressé de 1618 cm3, de la même taille que le moteur de la Toyota GR Yaris, qui utilisera donc de l’hydrogène comprimé comme carburant. Le moteur sera placé dans une voiture de course Toyota Corolla Sport appartenant à Orc Rookie Racing.


En dehors de l’huile qui est consommée pour lubrifier le moteur, seule de la vapeur d’eau sort de l' »échappement » de ce moteur à hydrogène. Si cet hydrogène est également généré de manière durable, le monde disposera d’une alternative « verte » aux carburants fossiles pour les sports mécaniques, tandis qu’un nouveau monde s’ouvre au développement des moteurs à combustion. Ou les carburants synthétiques (eFuels) sont-ils finalement une solution plus facile ? En tout état de cause, Toyota ne compte pas appliquer cette technologie aux voitures particulières. Une pile à combustible comme celle qui équipe la Toyota Mirai est une solution plus efficace et donc durable.

B.B

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page