Industrie mécanique en Algérie : Un Cluster pour les camions et tracteurs

Comme annoncé précédemment, la rencontre entre les représentants du ministère de l’industrie et les opérateurs intervenant dans la fabrication et le montage de camions et tracteurs, a eu lieu dimanche dernier au siège de ce département.
Présidée par le secrétaire général du ministère, cette réunion vise, selon un communiqué rendu public, à « promouvoir cette activité et asseoir une industrie nationale de camions et tracteurs et ne pas se limiter au montage ». Cette séance de travail a regroupé une trentaine d’opérateurs représentant les fabricants, les sous-traitants ainsi que la Bourse algérienne de sous-traitance et de partenariat (BASTP) et qui ont exposé la situation que vit ce secteur et mis en exergue les problèmes qui entravent son développement. L’objectif, tel qu’énoncé par le document publié, étant d’échanger les avis, de débattre des différents aspects de cette filière et de dégager des solutions. De même qu’il a été retenu le principe d’organiser cette activité en « cluster » professionnel dans la perspective de réaliser les objectifs escomptés.
Au cours de réunion, le secrétaire général du ministère de l’industrie a mis l’accent sur la nécessité du « recours aux entreprises de sous-traitance existantes et le développement d’un réseau de sous-traitance autour de cette industrie pour la fabrication d’un plus grand nombre d’intrants au niveau local, ce qui permettra d’atteindre les taux d’intégration nécessaires au développement de cette filière ».
Il est à rappeler qu’il y a quelques jours, les services du ministère de l’industrie avaient lancé un appel aux opérateurs activant dans ce métier, pour se manifester à l’effet de prendre part à une séance de travail et de réflexion autour de la filière des camions et tracteurs.
Ces cycles de rencontre a été inauguré au mois de janvier dernier avec la création d’un premier cluster consacré à l’industrie des cycles et motocycles en présence d’une quarantaine d’opérateurs entre fabricants,
et sous-traitants.
Doit-on s’attendre à une initiative similaire autour de la fabrication automobile au cours des semaines à venir ? Ou est-ce la complexité du sujet, les négociations en cours avec les constructeurs mondiaux intéressés et la révision en cours du cahier des charges relatif à l’industrie automobile, ne pourrait le permettre pour l’heure ?

B.Bellil

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page